Le To'ere

Les cours de percussions sont dispensés par jennyfer AUDIBERT (to’ere). Elle t'enseignera les bases du to’ere et t apprendra à jouer comme en Polynésie. Tu pourras aussi découvrir lors de stages, d’autres percussions polynésiennes avec des musiciens intervenants. Tu veux apprendre à jouer dans la joie et la bonne humeur comme au Fenua ? tu veux juste connaitre les bases pour pouvoir composer ? Tu es danseuse et tu désires approfondir tes connaissances en PEHE ? c’est ici que ça se passe !! alors vient vite avec nous pour vibrer sur des rythmes endiablés pour faire danser les vahine !
PROGRAMME TO'ERE

Un peu d’histoire

Le To’ere

Le To ´ere est un tambour oblong à fente longitudinale, constitué d’un tronc de bois creusé et évidé à partir d’une simple fente, souvent décoré de motifs polynésiens. Même s’il est originaire des îles Cook (océan pacifique sud) Le To ´ere à été introduit relativement tard Polynésie française vers le 19e siècle, c’est sans doute les nombreux insulaires des Cook venus travailler dans les plantations tahitiennes qui l’auraient importé. Mais il existait à Tahiti avant l’introduction du toere, un autre instrument qui lui ressemblait « le ‘ihara » (il était fait avec une section d’un gros bambou, fendu à l’entre-nœud).

Il existe différente façon de jouer du To ´ere, avec la technique ta’iri ho’e (qui veut dire frapper-un), il est posé verticalement à terre, tenu dans une main pendant que l’autre frappe avec le « aito » (une baguette en bois de fer). Il y a aussi la technique ta’iri piti (frapper-deux), il est posé horizontalement soit au sol, ou sur les pieds, ou sur les genoux, ou sur un tréteau en bois en fonction de la taille de l’instrument. Le musicien joue alors avec 2 baguettes.

Dans un orchestre, il peut y avoir quatre façons de jouer un morceau avec plusieurs To’ere, il y a le musicien qui mène, celui qui joue la rythmique, celui qui soutien le morceau et celui qui marque les contre temps pour donner des variantes aux percussions. Il est souvent utilisé pour accompagner les danseurs lors des ‘otea, en jouant les différents PEHE (rythmique qui s’enchaîne et peu se répéter)

 Le péruvien Alex Acuna (Alejandro Neciosup Acuña) est l’un des plus grands batteurs au monde, mais aussi un adepte des percussions Polynésiennes et joue les différents « pehe » avec son To’ere.